En cette période estivale, on estime que plus d’un français sur deux partira en vacances. Nombreux sont ceux qui partiront via la formule dite « tout-en-un ». Quoi de mieux que d’avoir les doigts de pied en éventail pendant quelques jours en toute sérénité ?

C’est également la saison des mariages. Combien sont ceux qui font appel aux reines et rois de l’organisation, les wedding planners, afin que cette journée soit parfaite et inoubliable ?

Et pendant ce temps, QUID des Datas ?

La transformation de la DSI

Aujourd’hui, les DSI font face à de nouveaux enjeux. Ils doivent prouver l’impact de leur département sur l’accroissement du chiffre d’affaires de leur entreprise.

Les images poussiéreuses et onéreuses avaient tendance à qualifier la DSI. Elles ne sont plus d’actualité. Les directions informatiques accompagnent les sociétés dans leur quête de productivité, de profitabilité et de parts de marché. Leur rôle a une plus-value incontournable pour maîtriser notamment le virage de la transformation digitale. Les métiers doivent travailler ensemble et non plus l’un après l’autre. L’IT joue alors un rôle décisif et structurant. Les équipes informatiques doivent travailler avec une plus grande proximité avec les métiers.

Or, les Métiers ont de nouveaux besoins. Les Hommes, comme les processus ou les technologies utilisées, doivent être agiles pour mettre en place de nouveaux services rapidement. Pour ce faire, les informaticiens doivent se libérer du temps. Par ailleurs, le maintien d’un bon niveau de qualité et le respect des engagements restent primordiaux. Une certaine dualité s’instaure alors : innover efficacement versus supporter l’existant. En plus du Cloud, privé ou public, de nouveaux moyens permettent de s’affranchir de ces contraintes ou aident à y faire face. Une première approche est une approche humaine. Il s’agit des services managés. La deuxième est elle orientée outil pour mesurer et analyser la qualité des solutions en temps réel.

Une réponse humaine : les services managés

Les services managés consistent à confier les tâches IT, souvent récurrentes et chronophages (gestion, administration, supervision, support, conseil en exploitation) à un partenaire spécialisé.

Les principaux avantages sont entre autres :

  • la disponibilité accrue des équipes
  • la mutualisation des ressources techniques et humaines
  • l’utilisation des outils d’amélioration continue
  • la prédictibilité des niveaux de service
  • la réduction de coûts
  • un modèle OPEX plutôt que CAPEX
  • la décroissance des indisponibilités
  • un périmètre d’intervention sur mesure au sein de l’infrastructure…

Managed Services

Ces offres de services sont proposées à travers un abonnement mensuel, trimestriel, bi-annuel ou annuel. Ils peuvent même inclure les ressources matérielles et logicielles en plus des services. Cette nouvelle approche décharge le service informatique. Elle garantit une prestation adaptée aux besoins des utilisateurs avec un maintien en conditions opérationnelles assuré.

Les équipes supports du prestataire sont disponibles jusqu’à 24H/7J. Elles utilisent des outils de gestion et de supervision à distance capables d’anticiper les pannes. Les incidents, la relation client et la facturation sont gérés par des systèmes permettant une prise en charge optimale. Les équipes IT ont davantage de temps pour œuvrer sur leur cœur d’activité métiers.

Les services managés peuvent couvrir tout ou partie du datacenter ( serveur, réseau, sauvegarde, stockage…). Ils incluent entre autres la supervision, la maintenance proactive et préventive, la gestion des mises à jour, des comités de pilotage et le support technique illimité à distance et sur site.

Un outillage adapté : la transparence pour les utilisateurs

La gestion des services informatiques ou information technology service management (ITSM) est également un “outil” qui mesure, gère et configure les infrastructures. Elle constitue une des bases de l’ITIL (« Information Technology Infrastructure Library » . Elle représente le SI comme un ensemble de capacités organisationnelles fournissant de la valeur à des clients sous forme de services. L’ITSM prend en compte pour ce faire quatre perspectives importantes « les 4P » : les processus, les personnes (collaborateurs et clients), les produits (ou techniques) et les partenaires (ou fournisseurs). Son but est de maîtriser son architecture et de fournir des pistes de progression. Les améliorations significatives ou sur les problèmes récurrents sont mis en exergue.

tooling

Les mauvaises pratiques dans les processus techniques ou les atouts des équipes d’exploitation sont mis en avant. Le but est d’analyser et de capitaliser sur votre méthodologie d’intégration.

L’offre du Cloud public crée de véritables enjeux au sein de la DSI, les métiers ayant tendance à utiliser ces ressources en mode shadow IT. Il devient alors important de se transformer en mode Services. L’outil ITSM est nativement conçu pour remonter ces métriques (suivi des incidents, tableau de bord, facturation). Les métiers sont maintenant en capacité de mesurer l’atteinte du service “vendu” par la DSI. En contrepartie, la DSI peut bâtir des offres avec un niveau de service prédictif. Elle peut présenter les coûts à ses utilisateurs finaux. Le budget d’une solution métier est ainsi plus facilement et plus précisément estimé.

La DSI gagne en popularité. Elle devient même force de proposition. Automatisation des processus, simplification des tâches, vision globale de l’infrastructure et maîtrise des coûts ne sont que les avantages les plus évidents des services managés et de l’ITSM pour l’accompagner dans l’atteinte de ses enjeux.

Laisser un commentaire